fbpx Skip to content

Cinq conseils pour les gestionnaires qui ont des employés travaillant à domicile avec des enfants

Oui, c’est votre travail de les soutenir – voici comment faire

Katie Diamond

Comme l’ont dit les Pussycat Dolls : « Be careful what you wish for, cuz you just might get it » (Faites attention à ce que vous souhaitez, car vous risquez de l’obtenir). Travailler à la maison est le rêve de nombreuses mères professionnelles. Ça leur permet d’adapter leur horaire, de voir leurs enfants durant la journée et, bien sûr, d’adopter le code vestimentaire idéal : une tenue (très) décontractée. 

Lorsque le matériel, l’espace et la garde des enfants sont bien organisés, oui, travailler à la maison peut être merveilleux. Mais si l’on doit le faire sans préavis, que l’école est annulée, que les gardiennes se font rares et qu’on ne sait pas quand la situation va se régler, l’« île des adultes » (comme une membre de notre communauté appelle son bureau) est un grand luxe. 

Je suis actuellement en télétravail avec mon mari, notre enfant de trois ans (qui a une préférence marquée pour son père et est dans une phase de curiosité épuisante) et notre bébé de dix mois, qui a décidé cette semaine que le moment était bien choisi pour commencer à ramper, à grimper, à faire ses dents et à pleurer dès que je quitte la pièce. Pas facile, dans ce contexte, d’accomplir quoi que ce soit. En raison de la fermeture des écoles, des garderies, des groupes de jeu, des cours de musique et des bureaux, des millions de mères et de pères se sont retrouvés dans la même situation tendue.

En tant que gestionnaires et dirigeants, nous pouvons voir ça comme un moment de vérité. Notre façon de gérer cette crise déterminera si nous sommes vraiment là pour aider les parents qui travaillent à trouver un équilibre entre leur vie personnelle et leur vie professionnelle – difficile en temps normal, un véritable casse-tête en ce moment.

«Il serait absurde d’imaginer que les parents ayant des enfants à la maison peuvent rester concentrés tout au long de leur journée de travail.»

Si vous n’avez pas encore vécu cette situation, imaginez un boomerang, mais vivant. Vous l’envoyez au loin (équipé d’une collation, d’un jeu, d’un livre ou d’un écran), et dans le temps de le dire… paf! Il vous revient en pleine face. Vous pouvez vous attendre à ce que ces parents trouvent et adoptent des stratégies pour gérer les perturbations et optimiser le temps de concentration, mais leurs boomerangs vivants ne sont pas conçus pour se divertir par eux-mêmes pendant des heures et des jours entiers.

Voici cinq choses à faire ou à envisager que nous avons apprises du projet Sophia – des entretiens approfondis avec plus de 150 mères qui travaillent que nous avons menés pour Hacking Sophia, une plateforme numérique conçue pour aider les femmes à jongler avec leur carrière et leurs jeunes enfants. Ces constatations sont d’autant plus pertinentes que nos « îles » prennent une nouvelle signification :

1. Communiquer avec une clarté radicale

Il y aura moins d’occasions d’intervenir et de clarifier les discussions et les prochaines étapes. Et chaque courriel, texto ou message Slack de suivi est une distraction potentielle qui risque de faire chuter la productivité. Il faut donc clarifier les attentes, veiller à ce que tout le monde avance dans la même direction et créer des points de contrôle pour que le précieux temps de réflexion soit alloué efficacement. Et, surtout, vous devez faire savoir clairement que ce n’est pas un exercice de microgestion, mais plutôt une intention d’éviter le manque de communication et d’optimiser l’utilisation du temps – une denrée précieuse pour ceux qui n’ont en pas assez (les parents qui travaillent, peu importe le contexte) et maintenant ceux qui sont isolés (les parents qui travaillent, en cette période de pandémie).

2. Déclarer la guerre aux chronophages

Les chronophages, c’est-à-dire les activités qui « mangent notre temps », sont déjà assez contrariants en situation normale – ils sont hautement nuisibles quand il est nécessaire d’optimiser l’efficacité du travail. La liste est longue : « Répondre à tous », « J’ai une demande urgente », « J’ai une petite question » (il n’y a PAS de petite question), « Ce serait bien si vous vous joigniez à l’appel », « Peux-tu me faire un compte rendu sur… », etc. Remettez en question la nécessité de chaque courriel, petite demande, conférence téléphonique, etc. – est-ce que ça va vraiment faire avancer les choses? Ne feriez-vous pas mieux de mettre ce temps ailleurs?

3. Le jeu de la soustraction

Établissez rigoureusement vos priorités, en éliminant les tâches qui ne sont pas absolument nécessaires ou urgentes. Il est toujours important de déléguer, mais demandez-vous si les tâches que vous déléguez sont essentielles à la réalisation de vos objectifs. Et voici un conseil : procédez régulièrement à des soustractions. De semaine en semaine, des tâches s’ajouteront. Pour chacune qui apparaît, éliminez-en au moins une autre, soit en l’accomplissant, soit en la dépriorisant. Ça s’applique autant à vos propres tâches qu’à celles que vous déléguez.

4. La vidéo est-elle vraiment nécessaire?

La vidéo semble être la solution parfaite pour rester en contact en raison du « rapprochement » qu’elle permet, mais personne ne veut ressembler à un épouvantail ou avoir l’air de ne pas avoir eu le temps de prendre une douche. Demandez-vous si la vidéo est nécessaire ou si le son seul ferait l’affaire. (Et si l’appel lui-même est nécessaire…) Réfléchissez aux autres « attentes professionnelles » qui devraient être assouplies. Allez-vous dire quelque chose si quelqu’un assiste à un appel en t-shirt plutôt qu’en complet? Avec une queue de cheval? Ou si un enfant est assis dans le divan en arrière-plan (ou entre en trombe pour demander une collation)? Attendez-vous à des interruptions, et restez patient lorsqu’elles surviennent.

5. Barrer la route aux draineurs d’énergie

Les problèmes technologiques drainent notre énergie, d’autant plus si nous travaillons à domicile avec moins de soutien informatique (sans un vrai informaticien, sans un collègue qui peut résoudre n’importe quel problème technique). Et ce sentiment désagréable que l’on éprouve quand la technologie nous laisse tomber est encore plus intense lorsque le temps se fait rare. Demandez-vous si votre nouvelle équipe à domicile dispose de la technologie nécessaire pour rester productive : des points d’accès pour répondre aux besoins supplémentaires en Wi-Fi (au cas où tous les appareils de la maison fonctionneraient en même temps et satureraient la connexion), des écrans, des claviers, des supports pour ordinateurs portables pour rendre les postes de travail à domicile ergonomiques, des casques antibruit, etc.


Et, par-dessus tout, pensez à demander à votre équipe de temps en temps comment elle va et si vous pouvez faire quoi que ce soit pour l’aider. Rappelez-lui que son travail est précieux. Même si vous communiquez fréquemment avec eux, que ce soit en les appelant ou en leur envoyant des messages, vos employés, seuls chez eux, peuvent finir par se demander si ce qu’ils font compte vraiment. L’attention que vous leur accordez et les compliments que vous leur faites ne manqueront pas de faire effet.

Oui, on aime tous ses enfants, et quand on part travailler on regrette de ne pas pouvoir passer plus de temps avec eux. Mais pour revenir à ce que chantaient les Pussycat Dolls, on dirait bien que notre souhait s’est réalisé, et nous assistons maintenant à l’effondrement du mur entre notre vie professionnelle et notre vie personnelle. Comment allez-vous diriger? Gérer? C’est dans les moments comme ceux-ci que vous avez l’occasion de montrer que vous voulez sincèrement aider les mères et les pères qui travaillent à s’en sortir, au lieu de simplement vous en tenir au minimum.

Katie Diamond

Katie Diamond

Katie Diamond est une stratège de marque expérimentée qui a permis à des organisations de repérer des occasions de croissance innovantes et qui a lancé des campagnes de marketing locales. Elle a récemment dirigé l’équipe marketing canadienne d’Equinox. Avec Janet Winkler, elle a fondé Hacking Sophia, une plateforme numérique qui propose des solutions de carrière et d’éducation des enfants aux femmes qui sont rendues à cette époque de leur vie où elles manquent de temps pour tout – lorsque la carrière entre en conflit avec les enfants.